mercredi 17 janvier 2018

Sleep No More. Six Murderous Tales (2017)

Comme l'année dernière, j'ai profité de ma semaine de vacances du mois de janvier pour passer un peu de temps avec P. D. James, plus précisément avec un recueil de six nouvelles policières.


The Yo-Yo (1996)
Ce texte classique et efficace est le récit d'un vieil homme qui retrouve un yoyo rouge dans une boîte de vieilles affaires à trier et se remémore un trajet en voiture depuis son école vers la demeure de sa grand-mère où il devait passer Noël. C'est un policier de Noël en quelque sorte. Pas d'enquête ici puisqu'on sait dès le moment du crime qui l'a commis.

The Victim (1973)
Les choses se corsent avec cette confession. Le narrateur raconte son mariage avec une superbe jeune femme, le divorce qui a suivi et son plan meurtrier pour se venger de l'homme qui lui a ravi sa femme (qui entre-temps a eu deux autres époux et est devenue célèbre). Un texte à chute très efficace.

The Murder of Santa Claus (1984)
Voilà le véritable policier de Noël de ce recueil! Un texte assez jubilatoire tellement il relève parfaitement du whodunnit britannique: un manoir isolé dans la campagne, un maître de maison peu aimable, une menace de mort... et bien sûr un cadavre au réveil, le maître de maison qui porte encore le déguisement de père Noël avec lequel il a distribué des présents pendant la nuit. J'ai adoré.

The Girl Who Loved Graveyards (1983)
Mon texte préféré du recueil, une parenthèse gothique portée par une plume d'une très grande élégance et une lucidité totale. L'enfance, chez P. D. James, n'a rien d'innocent ni de naïf. J'ai souffert à cause d'un élément particulier et me suis sentie très proche de l'héroïne à la recherche de la vérité sur son enfance, jusqu'à la révélation finale, violente et terrible. Du grand P. D. James.

A Very Desirable Residence (1976)
On parle d'ici d'un crime soigneusement préparé qui ne donnera toutefois pas les résultats escomptés. Ce texte est plus classique, comme The Yo-Yo; il est efficace et agréable mais ne marque pas les esprits.

Mr Millcroft's Birthday (1992)
Le fils et la fille de Mr Millcroft rendent visite à leur père à la maison de retraite pour son quatre-vingtième anniversaire et doivent, comme d'habitude, supporter ses requêtes incessantes pour partir dans une maison de retraite plus chère. Cette fois-ci, toutefois, le vieux Mr Millcroft sait comment les faire changer d'avis... Un texte plus léger que les précédents et assez délicieux, une manière très sympathique de clore le recueil.

Je sors de cette lecture particulièrement marquée par The Girl Who Loved Graveyards, un texte assez sombre et plus poétique que ce que P. D. James fait habituellement. Mais n'hésitez pas, même ses textes plus classiques, comme The Yo-Yo, font passer un excellent moment! 😊

samedi 13 janvier 2018

Curieuses histoires de l'histoire (1968)

Chronique express!


Guy Breton, que je découvrais avec ce Curieuses histoires de l'histoire, semble avoir occupé un terrain particulier: les chroniques historiques courtes. C'était une lecture extrêmement plaisante et facile à lire et un détour très intéressant dans l'histoire de France et d'ailleurs, avec une grosse vingtaine de chapitres sur des évènements ou des personnages éclairés sous un jour nouveau. Quelques exemples: la naissance des Mormons, le pèlerinage de Compostelle au Moyen Âge, les prétentions financières des généraux de Napoléon (lol!), le parcours de Phineas T. Barnum, les protestations contre la tour Eiffel (Maupassant a signé une pétition contre ce monument "au nom de l'art et l'histoire française menacés"!)... Si le recueil a quelque chose de franchouillard, il m'a semblé sérieux dans son propos et m'a fait passer un excellent moment. C'est un bon exemple de vulgarisation simple et réussie et je ne manquerai pas de lire l'autre livre du monsieur qui attend dans ma pile.

Le petit truc en plus que je ne veux pas oublier
Imprimé en 1972, cet exemplaire était offert par le réseau Total et est parvenu entre mes mains grâce à une amie qui vide la bibliothèque de ses parents en vue de leur déménagement dans une plus petite maison. Il est tout jaune et tout odorant et porte un logo Presses Pocket merveilleusement daté. J'adore.

mardi 9 janvier 2018

Bilan 2017 - Lectures

Après le bilan cinéma d'il y a quelques jours, passons maintenant au bilan de mes lectures en 2017.

Du point de vue de la quantité, j'ai la joie de vous annoncer une excellente nouvelle: après quatre ans de tendance à la baisse, le nombre de livres lus est remonté cette année! 😊😃 J'ai en effet lu 67 livres, contre 55 en 2016 et 59 en 2015. Je suis toujours très loin de mes scores de 2010 à 2014, mais cela n'a rien de surprenant vu l'évolution de ma vie professionnelle et de mes loisirs (disons brièvement qu'il est plus facile de lire beaucoup quand on n'est pas très occupé! ^^).

Je ne saurais à quoi attribuer cette remontée, mais peut-être est-ce lié à l'axe de progression que je m'étais donné: perdre moins de temps sur les réseaux sociaux en 2017. ^^

Et la qualité dans tout ça?
L'année a été globalement bonne, avec beaucoup de lectures sympathiques et seulement quelques ratages. Mon bilan de l'année dernière ayant été bien trop long, je ne m'attarderai cette année que sur les indispensables.

Stephen King
Sans surprise, 2017 aura été l'année de la Tour sombre en particulier et de Stephen King en général, avec douze livres de cet écrivain. Un total d'environ 6200 pages à en croire les infos disponibles sur the Book Depository pour les éditions que je possède. Tous ses livres ont été chroniqués et sont réunis sous l'onglet Stephen King. Il me reste à finir la Concordance, l'encyclopédie de la Tour sombre, que je lis aux toilettes depuis deux mois. XD

Émile Zola
2017 a aussi marqué le grand retour de Zola, que je ne lisais plus depuis deux-trois ans, grâce à Tigger Lilly qui a souhaité relire les Rougon-Macquart. J'ai retrouvé mon écrivain français préféré avec un immense plaisir dans les trois premiers roman de sa grande fresque familiale. Les chroniques sont dispos sous l'onglet Émile Zola.

Les Grands Livres Importants
Sans surprise, je note ici The Handmaid's Tale de Margaret Atwood (mon avis ici) et le Journal d'Hélène Berr (mon avis ici), deux livres abordant des sujets d'une extrême gravité avec une plume remarquable.

Un livre absolument palpitant
Les mines du roi Salomon de Ridder Haggard: l'aventure à l'état pur! Mon avis ici.

Les auteurs que j'ai lus plus d'une fois dans l'année
Philippe Delerm: fidèle à lui-même. Trois livres (ici, ici et ici).
Colette: quelle belle découverte! Deux livres (ici et ici).
P. D. James: fidèle à elle-même avec ses enquêtes passionnantes. Deux livres (ici et ici).
Alexander McCall Smith: fidèle à lui-même et à Precious Ramotswe. Deux livres (ici et ici).

Je pourrai lister encore bien des titres mais je préfère m'arrêter là, de peur que ce billet ne devienne totalement indigeste.

Des critiques?
Deux énormes bémols cette année: j'avais dit que je lirais des livres sur l'écriture et je ne l'ai pas fait; et je n'ai lu qu'un seul livre en italien et même pas un en espagnol, donc autant vous dire que la situation est catastrophique de ce point de vue.

Et pour 2018?
La résolution est toujours la même: lire plus! Et avec une pile à lire d'environ 70 livres – je ne me souviens plus et je ne suis pas chez moi, au moment de la rédaction de ce billet, pour vérifier – j'ai intérêt à me bouger! ^^

Et vous, lecteurs habituels ou de passage, qu'avez-vous pensé de vos lectures 2017? Avez-vous lu certains des livres dont je vous parle? Qu'espérez-vous découvrir ou retrouver en 2018?

vendredi 5 janvier 2018

Bilan 2017 - Cinéma

Comme tous les ans, place aux traditionnels bilans de fin d'année!

En 2017, la tendance à la baisse a inexorablement continué: je ne suis allée au cinéma que 44 fois, soit encore moins qu'en 2016. C'est une ca-tas-tro-phe. Bien sûr, cela est dû en partie à des raisons pertinentes: je suis prise trois soirs par semaine par mes activités sportives, ce qui réduit l'envie de sortir les autres soirs, et mon cinéma table énormément, depuis des années, sur des comédies françaises familiales qui ne m'intéressent pas (les films TF1 quoi). Mais il y a aussi une flemme généralisée dont je n'arrive pas à me défaire.

Alors, quid de cette année à la motivation limitée? Je suis un peu partiale sur ce plan mais je retiendrai surtout les premiers rôles féminins! 👍

Pas de jugement de valeur dans ce classement, les films sont indiqués par ordre chronologique.

Les films qui m'ont marquée, qui ont "fait mon année"

Rogue One: A Star Wars Story de de Gareth Edwards (2016)


Certes, le film date de 2016, mais je ne l'ai vu qu'en janvier 2017. Je garde un très bon souvenir de ce film très gemmelien. Mon avis ici.

WonderWoman de Patty Jenkins (2017)


Je garde également un bon souvenir de ce film de super-héros moins porté sur les explosions que d'autres et très rafraîchissant avec son personnage candide et son petit humour. Certes, on n'a pas échappé aux énormités du genre (et à des explosions!), mais je trouve que Gal Gadot fait une très bonne WonderWoman et j'ai apprécié le traitement du personnage en tant que leader né dans la scène du no man's land. Mon avis ici.

Le grand méchant renard de Benjamin Renner et Patrick Imbert (2017)


Un dessin animé drôle et adorable. Mon avis ici.

The Dark Tower de Nikolaj Arcel (2017)


Si ce film ne m'a, au final, pas énormément marquée sur le long terme, je me dois de le citer dans les films de l'année parce que j'ai vécu corps et âme avec Roland de Gilead pendant des mois et que j'adore cet univers. Mon avis ici.

Les films que j'ai vus deux fois

Transformers 5: The Last Knight de Michael Bay (2017)


OUI. J'ai osé allé voir deux fois ce film qui, la première fois, m'a collé la migraine tellement j'étais sidérée par les incohérences et tentais désespérément de m'expliquer pourquoi est-ce que les personnages déboulaient de nulle part ou ne se déplaçaient pas tous à la même vitesse. C'est un divertissement totalement décérébré et régressif qui ne fait même pas semblant de tenir compte des films précédents. Mais... IL Y A DES TRANSFORMERS PARTOUT HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH C'EST TROP GÉNIAL. Mon avis ici.

The Dark Tower de Nikolaj Arcel (2017)
Voir ci-dessus.

Les films que j'ai revus au cinéma

J'ai eu la chance de revoir Arrival [Premier contact] de Dennis Villeneuve (mon avis ici et ici), Edge of Tomorrow de Doug Liman (mon avis ici) et Inception de Christopher Nolan (mon avis ici). Il n'y a pas à dire, le cinéma est un endroit magique!

La minute groupie

Comme chaque année, je me suis ruée voir les films de Tom Cruise. Si le plaisir de Edge of Tomorrow de Doug Liman (mon avis ici) est resté intact par rapport à sa sortie d'origine, j'ai maintenant un souvenir un peu plus mitigé de The Mummy d'Alex Kurtzman, que j'ai bien apprécié sur le coup mais qui est un peu en demi-teinte par rapport aux derniers films de cet acteur (mon avis ici). Quant à Barry Seal de Doug Liman (mon avis ici), j'ai juste détesté... J'espère retrouver Tom Cruise plus en forme bientôt et pouvoir réenclencher le monde cruisette!

Mention spéciale

Je ne peux pas ne pas citer Resident Evil: The Final Chapter de Paul W. S. Anderson, qui, s'il est truffé de tous les problèmes habituels des films d'action, ne m'en a pas moins fait rêver de me bastonner avec des zombies pendant des jours! Mila power quoi!! 💖 (Mon avis ici.)


Et les autres?

Pour éviter de rallonger excessivement ce billet, je ne citerai pas la dizaine d'autres films que j'ai trouvés intéressants cette année. De Silence de Martin Scorsese à Blade Runner 2049 de Dennis Villeneuve, j'ai vu de très belles choses, qui m'ont peut-être moins parlé mais qui restent pertinentes et maitrisées.

Je passerai également sous silence la dizaine de films LOL, de The Great Wall [La grande muraille] de Zhang Yimou à Kong: Skull Island de Jordan Vogt-Roberts. 😂😂😂

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez retrouver toutes les chroniques de film dans la catégorie Cinéma (qui atteint d'ailleurs les 125 billets avec cette publication, ce n'est pas rien! ^^).

Et pour 2018?

J'espère surtout retrouver la motivation, mais aussi que les salles obscures continueront à me faire rêver cette année! 😍

mardi 2 janvier 2018

Death of an Expert Witness (1977)

Chronique express!


Avant de passer aux bilans de fin d'année, commençons cette année 2018 avec la chronique du dernier livre lu en 2017, un policier de P. D. James. Death of an Expert Witness est une bonne vielle enquête en huis-clos, un whodunnit dans les règles de l'art avec un cadavre et une dizaine de suspects qui avaient tous une excellente raison et une envie incontrôlable de tuer un personnage particulièrement détestable. L'inspecteur Dalgliesh arrive de Londres pour résoudre le crime avec ses questions discrètes et polies et devra percer tous les mystères de ce laboratoire de science médico-légale dont le personnel n'hésitera pas à lui mentir... Comme toujours, P. D. James brosse des portraits passionnants de personnages torturés et propose une enquête très riche que je n'ai pas du tout su résoudre; quand Dalgliesh et son assistant ont indiqué connaître le coupable (sans toutefois le nommer, fort heureusement), j'étais bouche bée! Le seul bémol, une fois de plus, concerne l'accélération finale, avec un accident de voiture plus qu'improbable qui précipite la révélation, et voilà en vingt pages le livre est soudain fini. Pas de quoi gâcher le tout néanmoins. P. D. James reste une très grande auteure (autrice....) de policiers et une de mes plumes britanniques préférées.

Je profite de ce premier billet de l'année pour vous souhaiter une excellente année 2018, chers lecteurs! Qu'elle soit emplie de bonheur et de belles lectures... 😁😍

samedi 30 décembre 2017

La gamelle de décembre 2017

Encore un mois passé à la vitesse de l'éclair, à tel point que j'ai oublié la publication de ce billet et qu'il est passé en ligne avec des paragraphes incomplets! 😁
Sur petit écran

Rien.

Sur grand écran

Justice League de Zack Snyder (2017)


Il y avait du bon et du moins bon dans la version DC des Avengers. Ce qui plombe vraiment ces films, c'est la qualité déplorable des effets spéciaux; même les simples incrustations sont dégueulasses! C'est totalement incompréhensible dans un film qui mise autant sur l'image de synthèse et qui bénéficie tout de même de 300 millions de dollars de budget. Impossible de prendre les combats au sérieux dans ces conditions. En revanche, DC a bien compris qu'il faut faire rire et le film adopte un ton résolument différent de ses prédécesseurs, sans toutefois en faire trop. Les nouveaux super-héros sont bien amenés et l'équipe fonctionne bien avec leurs talents très diversifiés. J'ai assez hâte de voir la suite.

Murder on the Orient Express [Le Crime de l'Orient-Express] de Kenneth Branagh (2017)


Une belle adaptation du roman d'Agatha Christie mettant en scène Hercule Poirot. Je craignais que le film ne trahisse totalement le roman en raison des scènes d'actions de la bande-annonce, mais en fait on est bien dans une enquête christienne très lente et soignée, où tout repose sur l'intellect de l'enquêteur et pas sur ses muscles. Au-delà de cet aspect, le film est intéressant en raison de ses nombreux acteurs célèbres et talentueux: la scène du départ de l'Orient Express, où on voit tous les passagers de première classe, est mémorable!

Du côté des séries

Agatha Christie's Poirot - saison 2 (1990)
L'Homme et moi continuions avec un immense plaisir cette série merveilleusement désuète.

Et le reste



J'ai lu Cheval Magazine et Cavalière, qui consacrait un article au yoga à cheval, ainsi que le Mad Movies Classic consacré à la Planète des singes. Une lecture riche et passionnante qui donne très envie de revoir les films (mais où trouver le temps?!)...

mercredi 27 décembre 2017

Dragon (2016)

Avec Dragon de Thomas Day, je découvre enfin la collection Une Heure-lumière du Bélial, encensée par les amis blogueurs! Et je fais même les choses dans l'ordre puisque, par un heureux hasard, ce texte est le premier de la collection (et, je crois, le seul non traduit de l'anglais et donc le seul que je suis susceptible de lire en français).


Avec ce thriller parlant de la prostitution infantile en Thaïlande et d'un tueur brutal qui massacre les pédophiles, Thomas Day propose un texte bien construit et passionnant, sans concession aucune et un peu brut de décoffrage qu'on lirait d'une traite – je dis lirait car je n'ai pas pu, moi, le lire d'une traite, mais je l'aurais fait si j'avais eu suffisamment de temps devant moi quand je l'ai commencé. Les chapitres alternent les points de vue (principalement l'enquêteur Tann et le tueur Dragon, mais aussi d'autres personnages) et le moment/temps puisque tout est décousu: on peut passer du chapitre 7 au chapitre 22 puis au chapitre 11. Ça s'enchaîne néanmoins très bien et on n'est jamais perdu; il peut même être amusant d'aller vérifier l'ordre des chapitres au fur et à mesure qu'on avance.

Du point de vue physique, le livre est extrêmement agréable avec son petit format, son papier épais et son adorable petit marque-page reprenant l'image de couverture. Je comprends que la collection fasse des émules!

J'émettrai toutefois quelques réserves. Je n'ai pas été tout à fait persuadée par le désordre des chapitres. Certes, comme je viens de vous le dire, ça se lit très bien, ça ne pose aucun problème de compréhension et ça a même quelque chose d'amusant, mais je doute que ce soit bien utile, que ça apporte une valeur ajoutée. Je n'ai pas non plus été persuadée par l'élément science-fictif de cette Bangkok d'un futur proche, à savoir la mousson déréglée et la montée des eaux en ville; ça donne une atmosphère à la Blade Runner et ça participe à l'atmosphère un peu étouffante du sujet mais rien, me semble-t-il, qui n'aurait pu être obtenu par la mousson telle qu'elle existe actuellement ou par une simple période de mauvais temps s'accompagnant d'inondations. J'ai eu l'impression que c'était là juste pour dire "regardez! je fais de la science-fiction!".

Ces réserves, toutefois, n'enlèvent rien à l'efficacité et la pertinence de ce texte, qui présente en outre l'avantage d'être court et de se lire vite, une qualité appréciable quand on manque de temps pour lire.

Allez donc voir ailleurs si ce dragon y est!

dimanche 24 décembre 2017

The Good Husband of Zebra Drive (2007)

Chronique express!


Je continue à lire les enquêtes de Mma Ramotswe, première femme détective du Botswana, avec un immense plaisir. Le rythme de deux romans par an me semble idéal pour en profiter pleinement et ne pas perdre le fil sans risquer de se lasser de cette recette qui, décidément, est exactement la même à chaque fois mais marche à la perfection. Je vous renvoie aux épisodes précédents, réunis sous le libellé "The No. 1 Ladies' Detective Agency", pour savoir quels sont ces ingrédients et pourquoi je parle de pantoufles à propos de cette série. Au programme cette fois-ci: des tensions à l'agence, un coup de tonnerre incroyable (divulgâcheur: la démission de Mma Makutsi!!!), un autre coup de tonnerre incroyable (divulgâcheur: la démission de Charlie l'apprenti!!!), une enquête de Mr. J.L.B. Matekoni, un hôpital avec des morts suspectes et des vols dans une entreprise d'impression. Et bien sûr du thé et plein de considérations humaines sous le grand ciel du Botswana. Je trouve cette série tellement géniale et réconfortante que je lui passe même ses éternelles considérations sur le genre; décidément Mma Ramotswe ramène tout au fait d'être un homme ou une femme! Mais ça passe tellement bien avec ce personnage à l'ancienne et cet humour permanent que ça ne gâche rien...

Je souhaite un joyeux Noël aux éventuelles personnes passant par ici ce soir! 🌲🎁🎄🌟Comme toujours, le blog est en mode automatique pour cette publication; je travaille cette après-midi puis je pars me noyer dans la nourriture chez mes beaux-parents! 😁